On nous la dit et redit, lorsqu’un bouton est arrivé à un stade final de maturation (tout blanc et ready to pop !), il ne faut absolument pas toucher ! Mais bon en vrai, on se le cache pas, impossible de résister ! En plus c’est souvent très difficile d’assumer de sortir avec un bouton blanc. Alors chez Skin & Out, on t’accompagne au mieux pour que tu puisses percer en toute tranquillité. Pour cela, découvre notre petit guide pour bien percer un bouton par ici.

Mais suite à un sondage sur instagram, on a réalisé qu’il fallait qu’on aille plus loin et qu’on parle aussi de l’après-popping. Comment éviter de laisser une cicatrice ? une tâche ?

 En effet vous êtes nombreux à ne pas connaître la gestuelle à adopter après l’étape du popping : la cicatrisation. Hors cette phase est ultra importante si tu veux t’assurer que ton bouton ne laisse pas de marques. Pas de panique, c’est très simple avec notre petit guide spécial cicatrisation. C’est parti !


Les étapes de la cicatrisation


Lors que tu as une plaie, la cicatrisation dure généralement 21 jours et agit en trois étapes : 

Étape 1 ( du 1er au 4e jour): C’est la phase vasculaire, la réponse immédiate de ton corps suite à la plaie provoquée par le perçage du bouton. Pendant cette étape, les vaisseaux sanguins atteints vont laisser s’échapper du sang, et la peau, toute chamboulée, va se mettre en phase de réorganisation. Cette première phase va souvent provoquer de l’inflammation au niveau de la plaie : d’où le côté gonflé et rouge. 

Étape 2 (du 4e au 15e jour ) : C’est la phase de bourgeonnement (miam !). Petit à petit les cellules de la peau vont s’activer et produire une grande quantité de collagène et d’élastine :  deux éléments essentiels pour reproduire un nouveau « tissu » de peau qui  va venir combler la perte provoquée par la plaie. C’est ce qu’on appelle le tissu de granulation : un tissu provisoire que tu remarques par son relief légèrement différent et sa couleur rosâtre. 

Étape 3 (du 15e au 21e jour) : Tu rentres dans la phase de remodelage. Une fois le vide comblé : la plaie se contracte et se recouvre de « cellules épithéliales » : c’est la dernière étape, la cicatrisation prend fin.


La cicatrisation : les facteurs impactants


Ce déroulé de cicatrisation varie d’une personne à l’autre selon différents facteurs :

 1. L’âge : avec l’âge, ta peau met de plus de temps à cicatriser

 2. Le lieu de la cicatrice

3. Le terrain : si le corps est en carences de certaines vitamines ou minéraux essentiels à une bonne cicatrisation, il cicatrisera moins vite. 


Le guide pour une bonne cicatrisation


Quelles sont les étapes à suivre pour favoriser la bonne cicatrisation d’un bouton .

1.     Nettoie la plaie avec de l’eau tiède et sèche-la en tapotant avec un coton en tissu, propre. Attention aux mouchoirs qui laissent de fines particules qui peuvent infecter la plaie.

2.     Désinfecte avec un antiseptique. Attention : surtout pas d’alcool ! À ce stade, quand la plaie est ouverte, il faut respecter le microbiome. Choisi plutôt une solution à base de chlorhexidine ou d’eau oxygénée. Rien de plus à ajouter, à l’exception de la crème cicatrisante, ci-dessous.

 3.    Applique une crème cicatrisante 2 fois par jour (matin et soir par exemple) Nos recos : Cicalfate de Avène si tu acceptes de faire une impasse sur le naturel – car on ne se le cache pas, elle est quand même très efficace !  Si tu insistes sur le naturel et que tu as un budget plus important, alors tu peux utiliser du miel de manuka. Coup de coeur pour le masque au miel de manuka de la marque Antipodes.

4.     Hyper important :  maintenir la plaie en milieu humide ! Pourquoi ? Le milieu humide est plus propice à la cicatrisation et accélère le processus.  Il faut à tout prix éviter la formation d’une croûte : elle entraîne une rétraction de la peau et augmente le risque de marques (surtout si tu es tentée de l’arracher !). Si une croûte s’est déjà formée, tente de la ramollir avec un produit émollient, par exemple une crème cicatrisante. Et surtout, résiste à l’envie de la retirer !!

5.    Une fois  la plaie refermée, masse-la quotidiennement en exerçant un léger palper rouler avec des mains propres, lorsque tu appliques ta crème cicatrisante. Cette pression mécanique assouplit et stimule les fibres qui constituent ta peau, favorisant une bonne cicatrisation.


Garder la plaie en milieu humide


…c’est bien gentil mais comment garder la plaie en milieu humide pendant toute la journée ?

Voici nos conseils :

-Le matin applique un peu de crème cicatrisante, si la plaie est fermée tu peux la masser jusqu’à absorption avec la méthode du palper rouler cité ci-dessus. Si la plaie est fraîche applique quand même la crème mais avec un massage plus léger, juste de façon à ce que la crème soit absorbée.

-Pendant la journée : utilise un patch hydro colloïde

Attention : laisse la plaie respirer de temps en temps :  protéger c’est bien, surprotéger c’est moins bien. Ta plaie a aussi besoin de respirer sinon, elle ne peut guérir. Pense donc à changer ton patch au minimum une fois par jour et à laisser la plaie à l’air libre pendant quelques minutes entre les deux patchs. Nos coup de cœur pour les patchs :

Cosrx Clear Fit // taille unique mais très bonne adhésion et légèrement plus fin et discret que le 2e

– Cosrx Pimple Master // Différentes tailles ce qui est très pratique pour s’adapter aux différents boutons.

En termes d’efficacité ce sont les meilleurs que nous avons testé jusqu’i

-Le soir : remplace ton patch par une bonne crème cicatrisante en couche épaisse sur la plaie, qui repose pendant toute la nuit.


Besoin d’un coup de pouce ?  n’hésite pas à prendre notre complément alimentaire Clear IN pour apporter pile la bonne dose de sélénium au quotidien afin de favoriser la bonne cicatrisation de la peau ! On est trop souvent carencé en sélénium alors que ce micro-nutriment est essentiel pour la bonne réparation de la peau.